Orbital Osaka Banpaku

Orbital Floor Lamp de Ferruccio Laviani (modifié), 2019. 
1m70 x 2m60. Acier, verre, plexiglass. 
Production Artothèque de Vitré.

Orbital Osaka Banpaku, 2019. Orbital Floor Lamp de Ferruccio Laviani (modifié). Photo David Michael Clarke.© ADAGP, Paris 2019 / David Michael Clarke

Cette sculpture, Orbital Osaka Banpaku a été réaliser pour l’exposition, Chez soi, demain maintenant à l’Artothèque de Vitré en 2019. Le point de départ de cette a été le célèbre collage, Just what is it that makes today’s homes so different, so appealing ? réalisé par Richard Hamilton en 1956.

Dans le coin le plus lointain du salon, Hamilton a décidé de placer un lampadaire couronné par un abat-jour « Ford ». Bien que motard, je ne suis pas fanatique du milieu automobile et pétrolier. C’est d’ailleurs le contraire. Je me suis donc trouvé face à une impasse quant à quoi faire à partir de cet objet. Il y a un an j’étais en train de vider l’ancien garage de mon père qui était décédé quelques années auparavant. Je suis tombé sur un badge de pare-chocs pour l’exposition universelle, Osaka 1970. Cette exposition a été le chef d’œuvre du grand architecte « métaboliste » Kenzo Tange. Tange souhaitait rassembler la sagesse de tous les peuples du monde, créer un lieu d’échange et stimuler des idées. J’ai été surpris que mon père ait acheté un tel badge à accrocher à sa voiture. À l’artothèque, j’ai découvert une lampe Orbital, créée par le designer Ferruccio Laviani en 1992. Elle est une de mes lampes préférées. Elle me rappelle les peintures de Jean Arp. Un fragment de cette lampe a été cassé. J’ai décidé de travailler le logo d’Osaka 1970 pour qu’il soit utilisable comme l’élément manquant.

Badge de pare-chocs pour l’exposition universelle, Osaka 1970, trouvé dans l’ancien garage de mon père.

Voir Aussi:
Chez Soi, Demain Maintenant